Bretagne Vivante, programmes Life : phragmite aquatique

Plan du site | Impression | Mise à jour : 13/11/2018
Le marais de Pen Mané

 Localisation et identité du site

 

Localité : 83 hectares de marais endigué en bordure de la rade de Lorient, sur la commune de Locmiquélic, Morbihan.

Statut de protection du site : le marais appartient à la ZPS de la « rade de Lorient » d'une surface totale de 487 hectares. Il est classé réserve de chasse maritime sur une moitié de sa surface.

Statut foncier : la totalité du marais de Pen Mané se trouve sur le domaine public maritime. Il est bordé hors ZPS par des propriétés privées et des terrains du Conservatoire du littoral. Il est également classé zone portuaire et pour cette raison il se trouve sous la responsabilité du Conseil régional de Bretagne depuis la décentralisation des compétences portuaires aux Régions en janvier 2007.

 

 

 
Fonctions écologiques :
  • réservoir de biodiversité des zones humides littorales, douces à saumâtres,
  • épuration des eaux douces du bassin versant agricole et urbain,
  • protection contre les inondations des habitations de Locmiquélic.
 
Intérêts naturalistes :
  • Habitats d'intérêt communautaire : salicornaie des bas niveaux (Eur 15. 1310-1), pré salé du haut schorre (Eur 15. 1330-3), prairie haute des niveaux supérieurs atteints par la marée (Eur 15. 1330-5),
  • Habitats du phragmite aquatique (30 ha) : scirpaie saumâtre (Cor. 53.17), prairie mésohygrophile à Juncus effusus (Cor. 37.2), roselière à Phragmites australis (Cor. 53.11),
  • Espèces floristiques peu communes en Bretagne et dans le Morbihan : Cladium mariscus, Epipactis palustris, Calamagrostis epigeios, Orobanche picridis, Apium graveolens, Ophrys apifera subsp. apifera,
  • Oiseaux : reproduction du vanneau huppé, de l'échasse blanche et de passereaux paludicoles (gorgebleue à miroir, phragmite des joncs, panure à moustaches...). En migration, le site accueille notamment le phragmite aquatique, la spatule blanche et une belle diversité de limicoles. Hivernage d'anatidés et de limicoles.

Activités socio-économique :
  • Espace naturel périurbain fréquenté par les habitants de Locmiquélic (4 000 habitants) et des environs pour la détente (promenage, footing...),
  • Chasse au gibier d'eau sur la moitié du marais non classée réserve de chasse maritime : les dates et heures d'ouverture sont fixées par l'Association de Chasse maritime du Morbihan et sont plus contraignantes qu'au niveau national,
  • Cueillette des salicornes par un professionnel de Guérande.

Contexte écologique

 

Le marais de Pen Mané est situé en bordure de la rade de Lorient qui reçoit les estuaires du Scorff et du Blavet. Il est artificiel et a été gagné sur la mer par endiguement à la fin des années 1970 dans l'objectif d'y déposer les boues de draguage du port de Lorient. Une partie du marais fut comblée par des matériaux de curage. Puis il est classé en ZPS en décembre 1993. Il est constitué de deux bassins aux ouvrages hydrauliques défectueux (ouverts en permanence). Le plus grand appelé « marais », qui abrite la roselière et les habitats favorables au phragmite aquatique, est alimenté en amont par les eaux douces d'un petit ruisseau et d'une partie du réseau urbain d'évacuation des eaux pluviales. Il reçoit en aval les influences marines par un ouvrage hydraulique défectueux avec le deuxième bassin plus petit (appelé « lagune ») lui aussi soumis aux influences de la marée et par infiltration de l'eau de mer sous la digue de séparation du marais avec le Blavet.

Comme à Rosconnec, le marais de Pen Mané subit donc un gradient de salinité important entre l'aval et l'amont, à l'origine d'une zone halophyle et d'une zone douce qui s'interpénètrent peu. De même, le marais étant situé d'une part dans un estuaire, et d'autre part recevant les eaux de ruissellement d'un bassin versant agricole et urbain, la teneur en azote est importante et le milieu est eutrophe.
Avant les travaux du Life, l'absence de fonctionnement des ouvrages hydrauliques conduisait le marais à un assèchement précoce dès le début du printemps.

 

 

Problématiques de gestion

 

Gestion des niveaux d'eau

L'absence d'ouvrage hydraulique fonctionnel ne permet pas la gestion des niveaux d'eau dans le marais et provoque son assèchement rapide en début de printemps. La roselière survit grâce aux ruissellements quasi permanents du bassin versant et de la zone urbanisée.


Gestion de la végétation
Le gradient de salinité est important et laisse peu de place aux formations végétales intermédiaires du type prairies subhalophiles et roselières mixtes. On passe rapidement de la salicornaie, à la roselière dense et haute puis la saulaie.

Pour étendre la surface d'habitats favorables à l'alimentation du phragmite aquatique, la problématique consiste à gérer les niveaux d'eau pour garder le marais en eau plus longtemps au printemps et en début d'été, sans pour autant bouleverser le gradient de salinité et gérer la roselière haute et dense pour y aménager des surfaces d'habitats plus ouverts et hétérogènes.
 
Ci-dessous, sur cette orthophotoplan de l'IGN en 2000, sont figurés la zone de protection spéciale du marais de Pen Mané (périmètre rouge) et les deux compartiments : le marais et la lagune. Avant les travaux du Life, on remarque notamment l'assèchement presque total du marais à la belle saison, à l'exception de la zone de roseaux au sud qui reste humide grâce aux ruissellements agricoles et urbains du bassin versant.
© Bretagne Vivante | Réalisé par Agence Internet - Cognix Systems sur outil de gestion de Contenu (CMS) | Accueil | Mentions Légales | English version